Intervention de la FNCC au Congrès de l’Association des bibliothécaires de France. Lors de la table-ronde “Quelle image a-t-on de la bibliothèque ?” (09/06) Isabelle Vincent, vice-présidente a souligné que « la FNCC est très attachée aux bibliothèques, premier lien culturel avec les Français et véritablement le premier service à la population ». A la question de “qu’auriez-vous envie de dire à des élu(e)s peu convaincu(e)s par l’utilité des bibliothèques aujourd’hui ?” cette réponse de la maire-adjointe à la culture de Chartres : « Si les élu(e)s ne comprennent pas l’importance des bibliothèques, dites-leur de venir à la FNCC ! » Applaudissements.

A propos du Congrès de l’ABF. De nombreuses thématiques ont été abordées lors du 64e Congrès de l’ABF, organisé à La Rochelle du 7 au 9 juin. Selon la Gazette des communes, cinq points essentiels sont à retenir : les bibliothèques vont être arrimées au “plan itinérance” du ministère de la Culture, alors que ce domaine des politiques culturelles n’y était pas initialement associé ; le ministère table sur 350 projets d’extension d’horaires qu’abonderont les 8M€ supplémentaires de la DGD (dotation générale de décentralisation) ; le ministère s’est dit prêt à discuter du dispositif Prêt numérique en bibliothèque (PNB) ; une discussion autour d’une loi sur les bibliothèques ; et l’importance d’élaborer un plaidoyer pour pouvoir répondre à la question “à quoi servent les bibliothèques ?”

Formation sur l’EAC à l’occasion du Festival International de l’animation d’Annecy. Le Centre de formation agréé de la FNCC a organisé une session de formation sur l’Education artistique et culturelle, accueillie par la Ville d’Annecy, mercredi 13 juin. Après l’accueil et le témoignage de Dominique Puthod maire-adjoint délégué à la Culture, la formation s’est déroulée de manière interactive mêlant apport théorique du formateur, analyse d’exemples concrets, ateliers participatifs, échanges entre les élu(e)s. L’EAC est depuis de nombreuses années un enjeu essentiel des politiques culturelles des collectivités territoriales et une priorité pour la Fédération. Membre du Haut Conseil à l’Education artistique et culturelle, instance co-présidée par les ministères de la Culture et de l’Education nationale, la FNCC représentée par sa présidente Déborah Münzer participera à la prochaine séance plénière qui se tiendra en juillet à Avignon.

Dombes Saône Vallée : Label Pays d’art et d’histoire. Le 1er juin à Fareins en présence du Maire Yves Dumoulin, de Bernard Grison et Marie-Jeanne Beguet, président et vice-présidente déléguée à la culture de la Communauté de communes, a été signée l’extension du label Pays d’art et d’histoire à l’ensemble des dix-neuf communes de l’EPCI. C’est le résultat d’un an de travail avec les élu(e)s locaux, grâce à un repérage entre autres, du petit patrimoine et d’une importante recherche documentaire. Parmi les chantiers qui seront ouverts pour donner toute sa valeur de développement territorial à ce label : enrichir le patrimoine à valoriser des huit nouvelles communes de l’EPCI et élargir les publics en s’appuyant sur les acteurs du territoire. Le Magazine Dombes Saône Vallée.

Plan itinérance : 1re édition du “Catalogue des désirs”. La ministre de la Culture a rendu publique la liste des 477 œuvres des collections nationales qui circuleront sur le territoire dans le cadre du plan “Culture près de chez vous”. Les œuvres sont classées en 4 catégories : « emblématiques » (tableaux Les Roulottes de Van Gogh, Le Groom de Soutine…), « historiques » (portraits de François 1er, de Louis Pasteur…), « affectives » (robe noire de Piaf, maillot de Platini…) ou encore « inédites » (mobilier national…). Le communiqué (11/06),

Résidence chorégraphique à Bourgueil (Centre/Val-de-Loire). Le collège Pierre de Ronsard accueille des résidences de chorégraphes dans le cadre de l’éducation artistique et culturelle, avec des ateliers de pratique artistique et la restitution de leur travail, des résidences sur plusieurs mois, une “école du spectateur”, des performances in situ ainsi que des sorties au spectacle. Le dispositif est financé par le Conseil départemental d’Indre-et-Loire, la DRAC de Centre-Val de Loire, la Ville de Bourgueil et l’établissement scolaire. Plus d’informations.

L’Opéra de Rouen Normandie conventionné “Théâtre lyrique d’intérêt national”. L’arrêté du 5 mai 2017 fixant le cahier des missions et des charges des “théâtres lyriques d’intérêt national” exige qu’ils disposent d’un lieu permanent, créent au moins quatre œuvres lyriques par saison et offrent un minimum de 100 000 places à la vente. Ces opéras doivent également remplir au moins trois des quatre engagements suivants : contribuer à la diversité de la création, soutenir les artistes, engager une « relation approfondie » avec les publics et renforcer leurs liens avec le territoire (diffusion décentralisée, partenariats, coproductions et compagnonnages, collaboration régulière avec les autres structures permanentes du territoire).

Transports publics toulousains : “la plus grande galerie d’art contemporain du monde”. Depuis plus de 20 ans, le réseau des stations de métro de Toulouse – soit 43km de métro et de tramway –, s’enrichit progressivement d’œuvres d’art (photo "Le Mât des utopistes" de Jean-Michel Othoniel). La Ville, en partenariat avec Tisséo Collectivités (autorité organisatrice des mobilités de la grande agglomération toulousaine), s’engage aujourd’hui dans une démarche de préservation de ce patrimoine artistique : 27 des 48 œuvres des lignes A et B seront restaurées d’ici 2019. Plus d’informations.

EAC : création d’un Pôle art danse à l’Académie de Montpellier. Afin de soutenir institutionnellement une dynamique en faveur de la danse à l’école, l’Académie de Montpellier crée un Pôle art danse à partir d’un réseau d’enseignants et d’acteurs engagés, et d’une politique d’éducation artistique coordonnée avec les partenaires culturels. Principaux objectifs : la production et la diffusion de ressources pédagogiques, la formation des enseignants et des acteurs de l’EAC et de l’Education à la culture chorégraphique à l’école ainsi que la valorisation des pratiques scolaires de la danse et leur mutualisation. Plus d’informations.

Restauration de l’orgue de la Cathédrale du Mans. Cet orgue de tribune, construit à la Renaissance et maintes fois remanié depuis, a bénéficié de travaux de restauration, entièrement financés par l’Etat (900 000€). L’instrument rénové, aujourd’hui de facture néo-classique, a été inauguré le 24 mai en présence du préfet de la Sarthe, de l’évêque du Mans et de la vice-présidente de Le Mans Métropole chargée du logement, Christine Poupineau. Lire le communiqué.

Guide : “La compagnie de spectacle vivant”. L’Opale, en partenariat avec le Synavi, Artcena et Actes Pro, réalise une fiche-repères à destination des porteurs de projet, chargés de mission DLA (Dispositifs locaux d’accompagnement pour l’emploi associatif), réseaux et autres accompagnateurs. Un ouvrage qui permet de mieux appréhender la diversité des compagnies, leurs enjeux, leurs activités, leurs modèles économiques… Lire la fiche-repères.

Engagement massif au Sénat pour le “Pacte” pour la revitalisation des centres-villes. Pas moins de 230 sénateurs ont signé la proposition de loi instaurant ce Pacte qui se veut plus efficient et moins vertical que le plan Action Cœur de Ville. Elle a reçu le soutien de l’AMF, l’AMRF ainsi que l’APVF. A noter que l’article 54 de la loi Elan, adopté en 1re lecture par les députés, instaure les “Opérations de revitalisation de territoire” qui « ont pour objet la mise en œuvre d’un projet global de territoire destiné à adapter et moderniser » tous les types de logements : donc un outil majeur pour le plan Action Cœur de Ville. Prévue pour être rapidement votée, la proposition de loi des sénateurs devrait précéder l’adoption de la loi Elan puisque celle-ci ne sera au Sénat que début juillet.

Les difficultés des cirques traditionnels et le Sénat. Le sénateur (Socialiste et Républicain) de l’Aude Roland Courteau attire l’attention de la ministre de la Culture (07/06) sur l’avenir du cirque traditionnel en rappelant qu’il « représente quelque 2 000 salariés ou familles (un potentiel de 10 000 personnes impactées), plus de 150 entreprises actives, 13 millions de spectateurs et un chiffre d’affaires global de 130M€ par an ». Il relaie aussi la demande des professionnels d’une certification portant notamment sur les bonnes pratiques vis-à-vis des animaux. Le sénateur ajoute que « cet art est insuffisamment encouragé par les pouvoirs publics alors qu’il constitue la seconde sortie préférée des Français ».

Risques auditifs : la réponse du ministère au Sénat. Cédric Perrin, sénateur (Les Républicains) du Territoire de Belfort, avait relayé (25/01) l’inquiétude des professionnels s’estimant incapables de satisfaire aux exigences du décret de 7 août 2017 relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés. En réponse (07/06), le ministère précise que le décret d’application est en cours de concertation avec les professionnels et qu’en tout état de cause, « la liberté de création est préservée, sans qu’aucune forme de discrimination soit effectuée dans la diffusion des œuvres ». Lire la réponse.

Le plan d’investissement pour l’Europe “InvestEU”, qui doit succéder au plan Juncker, a été présenté le 6 juin. Il déclare « qu’atteindre des projets plus petits et locaux sera important ». « Le programme InvestEU devra également contribuer à l’aide européenne en faveur de la culture et de la créativité », précise la proposition de règlement (en anglais). La Commission européenne prévoit d’abonder le programme de 15,2Mds€ en espérant – au vu du succès du plan Juncker – que cet engagement public génèrera des investissements privés de l’ordre de 650Mds€ sur la période 2021-2027. Lire l’article de Localtis.

Nouvel Agenda européen de la culture. Considérant que la culture est l’un des meilleurs vecteurs pour créer un sentiment d’appartenance communautaire, la Commission européenne a publié un document de travail en vue de construire un Nouvel Agenda européen de la culture. Avec trois objectifs stratégiques longuement développés : s’appuyer sur la culture pour son pouvoir en faveur de la cohésion sociale et du bien-être, soutenir la créativité artistique dans l’éducation et l’innovation pour l’emploi et la croissance, et renforcer les relations culturelles internationales. Lire le document (en anglais).