Accueil > PARUTIONS DE LA FNCC > Echanges > Numéro spécial 66

Nouveau numero d’Echanges

Numéro spécial 66

2007 : Du courage et de l’audace pour la Culture !



La FNCC m’a confié la rédaction de la quasi totalité des pages de ce numéro spécial d’Echanges (n°66) - m’accordant ainsi une confiance toute faite d’exigence. Il fallait interroger une dizaine de personnes en à peine une semaine. Il fallait aller, avec chacune d’elles, au fond des choses de cette chose sans fond qu’est l’engagement dans la culture, lequel touche, pour ainsi dire sous couvert de politique, à notre intimité même ainsi qu’à son élan vers celles des autres. Il fallait explorer au plus près ce « partage du sensible » (Jacques Rancière), parcourir au pas de course (les élections n’attendent pas) mais sans rien négliger (la beauté, comme le diable, est dans le détail) l’agora des émotions communicables, de ses révoltes nécessaires, de ses émerveillements enfuis et de ses joies solides.
L’acuité de l’attention et de la réflexion de chaque personne interrogée - jointes à une inespérée disponibilité - ont transformé une entreprise aux prémisses périlleuses et aux délais presque déraisonnables en un dense et rigoureux inventaire de ce qui est, de ce qui ne doit plus être et de ce qui devrait être.
Comment concilier l’exigence de cohésion culturelle avec le respect de la diversité culturelle ? Comment délimiter et articuler la responsabilité de l’Etat et celle des collectivités territoriales pour assurer aux politiques culturelles leur plus grande efficacité ? Comment planter profond les arts dans les cours de toutes les écoles ?
A ces questions (parmi bien d’autres) beaucoup de réponses ont été apportées. Elles mêlent craintes et espoirs, et toujours détermination. Elles varient d’un interlocuteur à l’autre, d’une sensibilité politique à l’autre, et si elles se contredisent parfois, elles ne s’excluent jamais. La vivacité du débat est sans doute le meilleur atout pour la culture. Quoi qu’il en soit, elle est la principale cause du grand plaisir que j’ai eu à essayer de le retranscrire dans ce numéro.
Vincent Rouillon