La culture autrement

Musées, patrimoine et expositions autrement

Par 10 juillet 2020 Aucun commentaire

Comme pour les autres formes de sorties culturelles, les musées puisent dans leur multiples initiatives développées pendant la période de confinement pour instaurer une relation avec des publics moins denses (la pratique de la visite sur rendez-vous se développent tout comme les actions hors les murs) mais également pour relier la “sortie” à l’exploration à domicile par voie numérique. Pour les chercheuses Mathilde Dougados et Bérénice Kübler (site The Conversation), l’institution muséale se « démystifie », cherche à développer des à-côtés aux visites et multiplie les “ludifications” de ses propositions… D’autres, au contraire, voient dans la crise actuelle une opportunité pour se recentrer sur leurs missions scientifiques premières…

Rubrique mise à jour quotidiennement

Van Gogh en Drive-in. On connait, pour cause de crise sanitaire, la résurgence de la pratique du cinéma en drive-in et, plus rarement, de la musique. A Toronto (Canada), c’est autour de la peinture a être apprécié au travers du pare-brise de sa voiture. L’exposition numérique “Immersive Van Gogh”, prévue initialement en version piétonne début mai, a été reportée en juillet, avec deux salles. La première (01/07-30/09), qui accueille les visiteurs à pied, est organisée en respect de la distanciation physique au travers de cercles tracés à même le sol. La seconde (03/07-30/09), intitulée “Gogh By Car”, est destinée aux automobilistes pour une projection musicalisée d’une demi-heure à apprécier moteur éteint. Plus d’informations.

Lumières impressionnistes sur la cathédrale de Rouen.  C’est à un mariage d’un trésor architectural, de célèbre série de toiles de Claude Monet captant le différentiel de lumière selon les heures du jour éclairant sa façade et de la technologie numérique. L’Office de tourisme de Rouen, situé face à la Cathédrale, a installé une web-caméra à son dernier étage pour filmer et retransmettre, 24h/24 via Internet, les jeux de la lumière naturelle de l’été, du 4 juillet au 30 septembre, sur sa façade. Un hommage au peintre impressionniste que prolonge la retransmission de deux illuminations son et lumière réalisées en 2015 et 2017. Plus de renseignements.
.

Le musée de La Roche-sur-Yon sur les murs de la ville. Du 8 juillet au 20 septembre, les œuvres du musée de La Roche-sur-Yon « colorent les murs de la ville et transforment les visiteurs en voyageurs ». Intitulée “L’invitation au voyage”, l’exposition hors les murs propose à la déambulation des visiteurs des œuvres de peintres, poète et photographes témoignant de l’attrait pour monde méditerranéen, le Proche-Orient et l’Extrême-Orient. Sur le site de la Ville.

 

“Fabre dans mon canapé”, Montpellier. Dans le sillage des nombreuses visites virtuelles qu’ont expérimentées les musées pendant la période de confinement, le musée Fabre transpose ce même principe pour les visiteurs qui ne peuvent pas se rendre à Montpellier mais aussi pour les scolaires qui ne peuvent se déplacer et, plus largement, toutes celles et ceux empêchés de venir au musée. Version numérique d’un musée “hors les murs”, le site “Fabre dans mon canapé” offre des visites complètes des collections et des expositions, mais aussi des récits, des documentaires, des supports pédagogiques, ou encore des jeux et des activités pour les plus jeunes.
.

Boîtiers de distanciation pour des visites de sites patrimoniaux. Depuis la mi-mai, la visite de la cathédrale Santa Maria del Fiorea de Florence est à nouveau autorisée. Mais en plus du port du masque et d’une prise de température à l’entrée, une autre condition s’impose : porter un boîtier électronique qui « émet un bip, vibre et clignote lorsque deux personnes s’approchent dans un rayon de 2 mètres » (communiqué). Le dispositif est une première mondiale. Dans le même temps, des visites virtuelles seront proposées (source : club-innovatio-culture).

 

Fondation Venet : retour aux sources grâce à la crise sanitaire. La jeune fondation américaine, créée en 2014, est consacrée à l’artiste Bernar Venet et, plus largement, à l’art minimaliste et conceptuel. Située sur le Domaine du Muy dans le Var, elle rouvrira le 18 juin et jusqu’au 16 octobre 2020 à des groupes de moins de dix personnes et selon un protocole radical de respect des consignes sanitaires : obligation du port du masque et réservation en ligne au moins un mois avant la visite, qui sera essentiellement centrée sur le parc de sculptures.
A noter que la crise sanitaire a été vécue par l’équipe comme un retour aux sources. En effet, pour l’une des installations, « les conditions de préparation se sont trouvées modifiées puisque les échanges se sont intégralement déroulés par téléphone et par communications digitales. Ces méthodes de travail ravivent les pratiques qui ont présidé à l’éclosion de l’art conceptuel dans les années 1960, qui permettent de créer une œuvre pour un lieu spécifique, d’après un protocole, sans intervention de l’artiste », déclare la fondation (source : News Tank).

Le musée hors les murs. Médiations dans les jardins du musées par petits groupes, interventions dans les écoles, les hôpitaux ou les prisons, font partie des projets de la directrice du musée des Confluences à Lyon (Rhône). Au-delà du respect de l’exigence des normes sanitaires, Hélène Lafont-Couturier y voit une manière pérenne d’aller à la rencontre des publics : « En cette période de crise, le musée peut constituer une véritable échappée et il faut mettre cette qualité à profit. »
.

 

Mettre en avant la recherche. La directrice générale du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget (Seine-Saint-Denis), Anne-Catherine Robert-Hauglustaine, souligne la tendance à la surenchère des actions en direction des publics, au détriment parfois des missions premières de recherche, de documentation, de préparation au récolement. Résultat positif de la crise sanitaire et de la généralisation du télétravail, un recentrage des équipes « sur l’essentiel » (source : News Tank).

.

Hauts-de-Seine : maintien de l’exposition Extatiques. Prévue du 26 juin au 4 octobre, l’exposition d’art contemporain se tiendra comme prévue, mais en plein air, sur l’esplanade de la Défense et dans les jardins du nouvel équipement La Seine Musicale situé sur l’Ile Seguin. « Le fait que ces œuvres soient situées en plein air permettra au public de les découvrir tout en respectant les consignes sanitaires recommandées par le gouvernement », précise le site du Département. Plus d’informations.