Skip to main content
Actualités

Isabelle Rauch auditionne la ministre de la Culture

Par 13 juillet 2022juillet 20th, 2022Aucun commentaire

La nouvelle commission culture de l’Assemblée nationale, présidée par Isabelle Rauch (Horizons et apparentés), a auditionné la ministre de la Culture le 12 juillet. Les échanges, qui ont essentiellement porté sur le projet de suppression de la Redevance de l’audiovisuel public et l’extension du pass Culture, ont montré les principales priorités des différents groupes en matière de culture mais aussi une conscience partagée quant à l’importance croissante des collectivités dans ce domaine. Echos.

Patrimoine et environnement. Interrogée sur l’articulation entre enjeux environnementaux et patrimoniaux, Rima Abdul Malak plaide pour davantage de concertation : « Nous devons penser le patrimoine à l’aune de la transition écologique et pour cela concilier au mieux le développement des énergies durables et la protection du patrimoine et des paysages. Qu’il s’agisse d’éoliennes, de panneaux solaires ou d’isolation thermique, il nous faut définir un cadre de dialogue avec les collectivités et toutes les parties prenantes pour susciter une concertation apaisée et des solutions au cas par cas respectant à la fois nos engagements écologiques et la protection du patrimoine et de nos paysages. »

Pass Culture, patrimoine, dotations et EAC. Quels liens la nouvelle ministre de la Culture développera-t-elle avec les collectivités ? Plusieurs interventions ont porté sur l’avenir de cette relation.

  • Le député (GDR-Nupes) André Chassaigne s’interroge sur l’efficacité du pass Culture sur les territoires : « Le pass culture peut être considéré comme une avancée, bien que le premier bilan dressé ne soit pas très encourageant : on se rend compte que son utilisation est limitée et son attractivité relative. Selon moi, cela tient pour l’essentiel à ce que l’approche retenue est consumériste. Or, il ne peut y avoir de pass culture efficace s’il n’y a pas d’offre culturelle en face, laquelle est de plus en plus rare parce que de nombreuses directions régionales des affaires culturelles (DRAC) n’encouragent que les initiatives importantes, les gros festivals, si bien qu’en réalité la vie culturelle territoriale n’existe plus. »
  • Conseil du député (Horizons et apparentés) Jérémie Patrier-Leitus : « Les défis sont immenses. Nous soulignons le rôle des collectivités locales dans le secteur culturel, avec des dépenses de plus de 9 milliards ; il faut renforcer la collaboration entre elles et l’Etat. J’appelle aussi votre attention sur la nécessaire protection de notre patrimoine, que les communes rurales ne sont pas toutes en mesure de prendre en charge. »
  • Inquiétudes de la députée (LR) Annie Genevard sur l’avenir des dotations de l’Etat aux collectivités : « Pourriez-vous nous dire un mot de la baisse des dotations aux collectivités ? La précédente a eu un très fort impact sur les budgets régionaux de la culture. »
  • Rôle essentiel des élu.e.s dans l’EAC : pour la députée (LIOT/Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires) Béatrice Descamps, « la découverte culturelle doit débuter dès le plus jeune âge ; les collectivités territoriales et l’école ont un rôle à jouer en cette matière et veulent le tenir. Quels moyens leur donnerez-vous, ainsi qu’à l’école, pour étendre le pass culture aux collégiens et amplifier l’éducation artistique et culturelle ? Quel rôle envisagez-vous pour les élus et les cadres territoriaux dans ce processus, aux côtés des DRAC ? Comment repenser l’écosystème culturel pour permettre aux opérateurs culturels des collectivités de relever les défis auxquels ils font face pour assurer le service public et le service d’intérêt général de la culture ? »

Réponses de la ministre. « J’ai évoqué avec vos collègues sénateurs la création d’un fonds d’innovation territoriale avec les collectivités pour expérimenter des projets nouveaux, singulièrement dans les communes de petite et de moyenne taille. Notre politique de soutien aux bibliothèques s’est traduite lors du précédent quinquennat par l’extension des horaires d’ouverture, notamment dans les communes de moins de 100 000 habitants. Notre priorité absolue est la proximité.

Le financement de la politique culturelle repose pour les deux tiers sur les collectivités territoriales. L’Etat ne peut rien faire seul et c’est main dans la main que nous pouvons mettre en œuvre l’éducation artistique, la préservation du patrimoine, la mise en avant des métiers d’art. Nous avons amélioré le dialogue avec les collectivités grâce à des cercles de concertation et des comités locaux ; nous le renforcerons encore.

Il existe différents cadres de discussion entre l’Etat et les collectivités, et elle a lieu aussi par le biais des préfets pour les contrats de plan Etat-Région. Nous pouvons donc discuter précisément avec chaque collectivité de ses priorités et de sa vision de la culture. Je serai très vigilante pour que, de l’éducation artistique à la préservation du patrimoine en passant par le soutien à la création dans les territoires, nous ne perdions pas le bénéfice de toutes ces belles années de décentralisation. »


A télécharger
Compte-rendu de l’audition du 12 juillet 2022