Skip to main content
Rendez-vous FNCC

Patrimoine : audition au Sénat du 24 octobre

Par 24 octobre 2022octobre 25th, 2022Aucun commentaire

Dans le cadre de l’examen du Projet de loi de finances 2023, la sénatrice (LR) du Haut-Rhin Sabine Drexler, rapporteure pour avis des crédits relatifs aux patrimoine, et la sénatrice (UC) de Normandie Sonia de La Provoté ont souhaité auditionner, le 24 octobre, la FNCC d’une part sur la répartition territoriale des financements du ministère de la Culture pour le patrimoine, sur la qualité du dialogue des élus avec les DRAC et leurs services du patrimoine mais aussi sur le bilan des programmes nationaux de revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs. Les vice-présidents de la FNCC Anne Mistler, élue à Strasbourg, et Jean-Philippe Lefèvre, élu au Grand Dole, ont transmis aux sénatrices l’état actuel de la réflexion de la Fédération.

Tout en se félicitant de l’augmentation des moyens de l’Etat pour le patrimoine, on peut regretter qu’il soit très largement fléché sur l’Ile-de-France et sur les établissements propriété de l’Etat. Pour Jean-Philippe Lefèvre, et malgré la perspective du Fonds d’investissement territorial, on assiste à ce qu’on pourrait qualifier davantage de “néo-déconcentration” que de coopération.

Liens avec les DRAC. Anne Mistler et Jean-Philippe Lefèvre ont tous deux salué les excellents rapports des élus avec les DRAC. Mais le dialogue est moins facile avec les services du patrimoine, notamment avec les architectes de bâtiments de France (ABF). D’où, parfois, des moments de tension que redouble la situation conjoncturelle de la crise énergétique et structurelle de l’urgence climatique.

La sénatrice Sonia de La Provoté note cependant que, face à l’inflation de demande de DPE (diagnostic de performance énergétique), les ABF sont un rempart nécessaire. Un constat que partagent les vice-présidents de la FNCC mais qui ne fait que souligner l’urgence d’une concertation pour réactualiser les normes des travaux de restauration patrimoniale, d’autant plus que l’acceptabilité des contraintes par nos concitoyens va diminuant et que la rigueur, la complexité et la longueur des procédures en découragent beaucoup.

Anne Mistler et Jean-Philippe insistent aussi sur le grand attachement des élus au patrimoine et leur conscience de son importance pour leur territoire. Ce ne sont plus les “élus bétonneurs” de années 50 ou 60. Pour sa part, Anne Mistler déplore le trop petit nombre d’ABF et en appelle également à une rénovation des contenus de leur formation ainsi que de celle des architectes, insuffisante sur la réhabilitation de bâtiments anciens : une évolution pourtant essentielle pour l’adaptation des villes à l’indépendance énergétique.

Programme de revitalisation des centres-villes. L’audition se clôt autour des programmes de revitalisation des centres-villes et des centres-bourgs : Action Cœur de Ville et Petites Villes de demain. Des programmes utiles, qu’il faut saluer pour le “coup de pouce” ainsi apporté aux collectivités, avec toutefois un équilibre à trouver entre vitalité et muséification.