Lecture publique

Bibliothèques : une enquête de la FNCC auprès de ses adhérents

Par 1 avril 2018 juillet 24th, 2019 Aucun commentaire

Les bibliothèques sont au cœur de l’actualité des politiques culturelles, notamment à la suite du rapport Orsenna et du plan du ministère de la Culture “Ouvrir plus/Ouvrir Mieux” les bibliothèques. Dans ce contexte, et parce que les enjeux de la lecture publique ont toujours été l’une des préoccupations majeures de la FNCC, la Fédération a adressé un court questionnaire à ses collectivités adhérentes. Les retours – un panel de 18 collectivités représentant des communes de touts tailles (de 10 000 à plus de 100 000 habitants – permettent à la Fédération de connaître de manière concrète et précise la réalité des bibliothèques dans nos territoires, d’en nourrir sa propre réflexion et de favoriser l’échange de pratiques. Quelques éléments de synthèse.

Le questionnaire comprend sept questions : le type d’organisation, l’amplitude des horaires d’ouverture, les ouvertures dominicales ou les projets en ce domaine. Une autre question concerne les différentes activités proposées, au-delà de traditionnelles missions de consultation de livres et de prêt. Une sixième interrogation porte sur le meilleur usage qui pourrait être fait des 8M€ supplémentaires que l’Etat engagera pour son plan bibliothèque. Le questionnaire se termine enfin par une question ouverte : que serait pour vous la bibliothèque idéale ?

L’organisation. On souligne souvent qu’avec les conservatoires, les bibliothèques sont parmi les premiers équipements culturels à être transférés aux intercommunalités. Les retours de questionnaires indiquent le contraire : seize sur dix-huit sont municipales, ce qui s’explique sans doute en partie par le fait que la lecture publique a été l’une des toutes premières compétences culturelles décentralisées, d’où un fort attachement et une réelle identification entre ces équipements de proximité et la vie communale.

Pour autant, sur les seize bibliothèques en gestion communale, seules trois déclarent ne pas être inscrites dans une logique de réseau à échelle intercommunale. Ce sont autant d’exemples que le partenariat n’implique pas obligatoirement le transfert et, dès lors, qu’une loi ou une directive nationale prônant, comme le suggère le rapport Orsenna, l’intercommunalisation de la compétence lecture publique serait non seulement à contre-sens de la réalité mais de plus risquerait de brider la grande liberté de choix de partenariats que manifestent les communes.

L’amplitude des horaires d’ouverture. Les retours montrent un étagement des horaires d’ouverture assez grand : de 6 heures hebdomadaires à 52 heures. Neuf bibliothèques se situent dans la fourchette haute (30 heures et plus), la plupart des autres ouvrant entre 20 et 30 heures. En moyenne, les bibliothèques répondantes se situent assez nettement au-dessus de la moyenne nationale (20 heures).

Mais le critère de l’ouverture hebdomadaire s’avère sans doute trop réducteur. Tout d’abord, les grandes agglomérations distinguent toutes une bibliothèque “centrale” et quatre ou cinq, voire bien plus, bibliothèques associées, avec donc un certain partage des tâches : la bibliothèque principale assure pour ainsi dire une fonction de permanence, les plus petites ayant davantage un rôle de relai de proximité.

Par ailleurs la mise en commun des collections par un portail numérique relativise aussi la pertinence du seul critère de l’amplitude d’ouverture. De plus, quelques bibliothèques (trois) s’adossent sur un bibliobus. Mais surtout plusieurs proposent des ouvertures occasionnelles, lors de certains événements culturels (salons du livre, Nuit de la lecture…), pour les périodes de révision d’examen ou à destination de groupes, notamment scolaires.
Ouverture dominicale et projets d’extension. L’ouverture le dimanche reste rare. Trois bibliothèques la pratiquent, selon des modalités différentes. L’une dans le cadre de l’association avec un centre socioculturel, une autre les dimanches matin et la troisième un dimanche par mois d’octobre à avril. Trois autres, cependant, ont en projet une ouverture dominicale.

En revanche, neuf bibliothèques sont en cours de réflexion sur des projets d’extension des horaires, notamment via l’ouverture d’une nouvelle bibliothèque ou en association avec un autre équipement (musée, espace culturel…). A noter aussi que l’incitation nationale d’extension des horaires vient souvent après des réorganisations déjà opérées (pour quatre d’entre elles), que ce soit pour la pause méridienne, en soirée ou le samedi. Ce commentaire : « Nous sommes déjà très au-dessus des préconisations du rapport Orsenna. »

Diversité des missions, pratiques et propositions. Le principal enseignement des retours de questionnaires tient à la très grande diversité des activités proposées par les bibliothèques. Au-delà d’un engagement généralisé vers le numérique (accès à Internet, documents numériques, prêts de tablettes ou liseuses, ateliers d’arts numériques, espaces multimédia, ateliers pour les seniors…), chaque bibliothèque développe un profil bien particulier. C’est là un témoignage concret du dynamisme des professionnels et de leur capacité de s’adapter à la diversité des territoires et des demandes, voire de les susciter, mais aussi de la profonde et positive phase de transition dans laquelle les bibliothèques se trouvent aujourd’hui.

L’importance donnée aux jeux vidéo – et donc à celle de répondre aux attentes d’un public jeune – constitue l’une des caractéristiques partagées : six bibliothèques citent cette activité. Pour le reste, il s’avère quasi impossible de sortir du cas par cas. Quelques exemples d’activités “non traditionnelles”, sachant que celles listées ici se croisent selon de multiples configurations d’une bibliothèque à l’autre :

  • mise en valeur de la dimension patrimoniale et archivistique, avec parfois une politique assumée de numérisation, ou encore dans le cadre d’un projet scientifique, culturel, éducatif et social (PSCES),
  • présence de la diversité des expressions artistiques, avec des projections de films, des spectacles, des contes, du slam, des ateliers de poésie, des expositions, etc.,
  • propositions de l’ordre de la connaissance : conférences, réalisations de dossiers documentaires, conseils de lecture, ateliers scientifiques, philosophiques, de conversation en langue étrangère, en langue française (par exemple en partenariat avec les centres d’hébergement d’urgence), mais aussi actions d’alphabétisation ou d’initiation à l’information au travers de résidences de journalistes : « les idées ne manquent pas », souligne l’un des retours de questionnaire,
  • missions éducatives : aide aux devoirs, ateliers sur la citoyenneté, ateliers scientifiques pour les jeunes, mais également concours de nouvelles, de poésie, ateliers de courts-métrages, etc.,
  • prêt d’instruments de musique mais aussi d’outils.

On note également des propositions plus inattendues comme des ateliers de massage, de “do it yourself”, de fab lab, de grainothèque, des ateliers culinaires, de jardinage, de tricot-crochet, de “voyage-lecture”… Mais, au-delà des contenus, l’une des tendances fortes consiste à faire de la bibliothèque un lieu participatif, collaboratif et citoyen, à forte implication sociale. Un lieu culturel de vie (et non seulement un lieu de culture), avec la récurrence d’une offre de café ou cafétéria, mais aussi :

  • le prêt de salle aux associations ou pour des réunions d’entreprises,
  • le lien avec les acteurs sociaux (CCAS…), la présence d’un écrivain public, l’aide administrative, un accueil de crèches et d’assistantes maternelles,
  • des échanges de savoir-faire, des comités de co-acquisition, des “bibliomix” (dispositifs d’expérimentation, d’invention et de création participative autour des services en bibliothèque), des boîtes à idées pour recueillir les propositions des lecteurs, des “donneries festives”…

Enfin, à la question posée sur les différentes activités proposées – “Au-delà des activités culturelles habituelles, que proposez-vous ou envisagez-vous de proposer dans votre bibliothèque ?” –, seules deux bibliothèques n’ont pas répondu, avec notamment cette réflexion qu’il ne « faut pas dénaturer la fonction civilisationnelle des bibliothèques ».

Ciblage du nouvel apport national (+8M€ de la Dotation générale de décentralisation). La multiplicité des offres des bibliothèques explique en grande partie les réponses apportées à la question sur le meilleur usage qui pourrait être fait du financement par le ministère pour son plan bibliothèques. Le soutien à l’extension des horaires d’ouverture est bien entendu largement cité, avec cependant des craintes sur la pérennité de telles aides. Mais d’autres pistes sont évoquées (en particulier celle de pouvoir embaucher un salarié). Tout d’abord pour le numérique mais aussi pour des animations ou la formation des professionnels des bibliothèques, notamment à la médiation, aux actions collaboratives, à l’éducation aux médias ou à l’aide administrative.

L’une des réponses souligne la nécessité de soutenir non telle ou telle initiative mais, dans la perspective d’une extension des horaires, des projets “complets” (extension et animations, services, interventions de professionnels, d’artistes). Plus encore, une autre réponse fait part d’une méfiance pour ces aides “diminuendo” et suggère tout au contraire « d’inscrire dans le législatif l’action de ces lieux citoyens, à travers une loi sur les bibliothèques ».

La bibliothèque de demain. La dernière question proposée concerne l’avenir des bibliothèques, ou encore la bibliothèque rêvée, idéale. Quelles que soient les réponses, elles convergent toutes sur cette conviction que les bibliothèques doivent et peuvent porter un projet politique au sens fort : imaginer comment nous souhaitons vivre ensemble demain et mettre ces équipements au service de ce projet de société.

La bibliothèque sera ainsi non seulement un lieu d’accès à l’ensemble des expressions artistiques, mais aussi et surtout un lieu de rencontres, de convivialité, d’échanges de savoirs, d’apprentissage de la citoyenneté… Deux termes reviennent à plusieurs reprises, celui d’“agorathèque” et celui de “laboratoire”. Il ne s’agit donc pas seulement d’un lieu de transmission de culture et de connaissance, mais un espace d’invention du vivre-ensemble.

Ces quelques expressions :

  • un lieu pour se construire en tant qu’individu et en tant que citoyen,
  • un laboratoire pour apprendre autrement, de manière collaborative par l’échange de savoirs,
  • un lieu dont tout le monde parle dans la cité, transversal et en lien avec d’autres équipements,
  • un équipement structurant du territoire, outil de démocratisation et vecteur de lien social,
  • un lieu de convivialité et de bonheur,
  • un lieu de recueillement, un havre citoyen, un creuset de l’altérité permettant à chacun de se déplacer mentalement, de rencontrer l’autre en son esthétique ou sa pensée et d’approfondir sa connaissance du monde, d’élargir son champ des possibles et de cultiver son envie de vivre,
  • un acteur privilégié de la réduction des inégalités et de la fabrique du citoyen de demain, qui place l’habitant au cœur des préoccupations,
  • un espace d’échanges et de rencontres dans tous les domaines de la culture et de la citoyenneté.

Une dernière réponse indique simplement que la bibliothèque doit « être en phase avec son territoire ». Ce qui semble indiquer, au vu des hautes missions civilisationnelles que la plupart des réponses confèrent à la bibliothèque, que c’est dans l’action de proximité, au plus près des personnes, que se construira l’avenir de notre modèle social. D’où sans doute ce choix majoritaire de conserver à la bibliothèque son statut d’équipement municipal.


Synthèse
  1. Organisation. Un statut massivement municipal qui n’empêche pas, sans transfert de compétence, des partenariats et réseaux avec les autres communes des EPCI.
  2. Ouverture. Des horaires d’ouverture autour de 30 heures hebdomadaires en moyenne, mais souvent compensés par des ouvertures “exceptionnelles” (événements) ou sur réservation pour des groupes.
  3. Ouverture dominicale. Peu d’ouverture le dimanche mais une forte attention à la nécessité d’adapter les horaires en fonction des modes de vie et des spécificités des situations territoriales.
  4. Projet d’extension des horaires. Un objectif qui n’apparaît pas forcément prioritaire, et ce d’autant plus que des extensions d’horaires ont déjà été opérées. La perspective est davantage celle d’une meilleure articulation avec les attentes des habitants.
  5. Diversité des propositions. Des missions très diversifiées, selon trois grands axes : les animations d’ordre culturel, les ateliers liés à la démocratisation du savoir et enfin la contribution au lien social et au développement de la citoyenneté. Une diversité qui correspond à une forte volonté de s’adapter aux attentes des habitants.
  6. Ciblage du nouvel apport national. Les critères ne se limitent pas à l’extension des horaires d’ouverture mais devraient aussi concerner la bibliothèque hors les murs, la médiation numérique ou encore la formation des personnels pour de nouvelles missions.
  7. La bibliothèque de demain. Succès de l’idée “d’agorathèque”, terme de la sénatrice Sylvie Robert que la FNCC appelle bibliothèque “4e lieu” : un lieu de vie de la démocratie ou encore un lieu culturel de vie.