éducation artistique et culturelle

Les enjeux multiples des conservatoires

Par 14 février 2019 juillet 20th, 2019 Aucun commentaire

Le Bureau de la FNCC a arrêté quatre positions (voir article “Les conservatoires, l’Etat et les collectivités”) à promouvoir dans la phase de négociation qui s’est ouverte en février 2019 sur une réforme des conservatoires. Transmises aux adhérents de la Fédération, plusieurs élus nous ont fait parvenir leurs propres contributions.

Alexandre Malfait, maire-adjoint à la culture d’Arras

Une aide de l’Etat liée aux projets. L’idée de ne pas lier le financement au classement ou label mais au projet, pourquoi pas… Cependant la notion de “labellisation” s’envisage sur une durée relativement longue (7 à 10 ans) alors que celle de projet s’entend sur une durée courte (1 à 3 ans). Or le rythme de vie réel d’un conservatoire tient à la présence d’un élève sur l’ensemble de son parcours, soit en moyenne sur 10 ans. Prendre un rythme inférieur aura de lourdes conséquences sur la stabilité des enseignements, sur les contenus pédagogiques et sur des notions comptables, lesquelles viendront prendre le dessus sur l’éducation et la formation des élèves dans la durée. C’est le risque d’un retour à un certain “clientélisme élitiste” : ceux qui auront de l’argent auront de la formation, les autres auront de l’animation…

Conservatoires et EAC. L’important est de bien définir ce qu’est “l’éducation artistique et culturelle”. Certains y voient de “l’initiation”, d’autres de “l’animation”, d’autres des interventions “d’artistes professionnels”. D’autres encore l’enseignement spécialisé lui-même. C’est bien évidemment tout cela et plus encore, chacun étant un des leviers de “l’élévation” des élèves.

Alerte : la charte de l’EAC évoque une action qui « relève d’une dynamique de projets associant ces partenaires ». Or les “projets” n’engagent pas, ou très rarement, du long terme. Il faut évidemment en mettre en place avec l’ensemble des partenaires, mais il faut surtout les structurer dans le temps et sur la durée de présence d’une génération d’élève afin de pouvoir réellement en retirer quelques bénéfices d’éducation et de développement de l’être.

L’enseignement pré-professionnalisant. A ce jour, des textes sur ces cursus qui concernent les 3e cycles et le rôle des régions existent. Il faudrait les appliquer partout… C’est loin d’être le cas alors même que les régions Hauts-de-France et Poitou-Charentes ont prouvé que cela fonctionne très bien. Les élèves s’y retrouvent pleinement à tous les niveaux et ce alors même que tous ne vont pas forcement poursuivre vers des études purement artistiques. Enfin, ce CEPI a également amené les conservatoires à travailler et collaborer de manière très étroite pour le plus grand bien des élèves et des collectivités qui portent ces établissements.

Par ailleurs, la loi LCAP parle « d’enseignement préparant à l’entrée dans les établissements d’enseignement supérieur… », ce qui laisse entrevoir le risque que ces “classes préparatoires” ne pourraient pas exister dans l’ensemble des actuels CRD et CRR. Un élève ayant d’éventuelles envies d’entrevoir une carrière artistique professionnelle devra faire le choix à 13 ans de s’inscrire et d’habiter dans la ville qui portera le seul établissement habilité dans un vaste secteur… Une étrange manière d’ouvrir et d’offrir la culture à tous, car qui aura les moyens de payer ce type d’études ?

Françoise Rougerie, conseillère municipale à l’éducation de Lille

Classement des conservatoires. Le manque de lisibilité de l’actuel classement découle plus de la mise en œuvre inégale des schémas départementaux prévus par la loi de 2004 sur la décentralisation des enseignements artistiques et du refus quasi général des régions d’accompagner le CEPI, que des modalités de classement elles-mêmes. Le classement par projet pose la question de l’appréciation de la qualité et de la cohérence des projets. L’Etat aura-t-il les moyens de réaliser leur évaluation ?

Par ailleurs, en cas de classement au projet, les villes moyennes ne risquent-t-elles pas de réduire le nombre de leurs enseignants au grade de professeur d’enseignement artistique (PEA), considérant qu’elles sont en mesure de mettre en œuvre un projet cohérent avec assistants d’enseignement artistique (AEA) ?

EAC. Les directeurs adhérents à Conservatoires de France militent en faveur d’un nouveau schéma d’orientation pédagogique commun dans ses principes à la musique, la danse et le théâtre fixant l’EAC comme une mission cruciale des conservatoires, l’enseignement spécialisé étant l’une de ses formes. Cette approche permet d’élargir leurs missions sans renoncer à l’exigence d’éduquer pour mieux enseigner.

Enjeux du territoire. Service public, place du collectif, action culturelle sont des préoccupations partagées par l’ensemble des conservatoires. L’enjeu est de les faire reconnaître par l’Etat et les collectivités, parfois tentées de réduire leur portage de la formation des artistes. Il s’agit d’un enjeu non seulement financier mais aussi de l’appréhension d’un projet national de solidarité et d’égalité entre les territoires.

Note rédigée après consultation avec le directeur de CRR de Lille.

Emmanuelle Williamson, maire-adjointe à la culture et à l’éducation de Lorient

Une aide de l’Etat au projet. S’il y a une aide de la DRAC au projet, ne pas oublier la dimension partenariale des projets : avec les autres structures culturelles labellisées et au travers de la dimension territoriale des projets, dans le cas où plusieurs conservatoires les portent conjointement.
Critères de classement. Ne pas oublier la question de la diversité culturelle, notamment les cultures régionales mais aussi les cultures des habitants venus d’ailleurs.

 

 

 

Christophe Andrivet, conseiller aux manifestations culturelles de La Chapelle-Saint-Mesmin (45), ancien directeur de conservatoire

L’éducation artistique et culturelle devrait être développée prioritairement au sein de l’Education nationale, avec le soutien et l’expertise des conservatoires quand cela s’avère nécessaire. Mais les conservatoires doivent conserver leur spécificité d’un enseignement artistique spécialisé afin de continuer de répondre aux souhaits des familles d’un véritable apprentissage.

Préserver le réseau et le maillage de haute qualité de nos conservatoires patiemment construit depuis le plan Malraux-Landowski et qui a fait ses preuves.

Mettre à jour le Schéma d’orientation pédagogique à la marge en conservant l’essentiel de ses préconisations s’appliquant sur l’ensemble du territoire.
Conserver le niveau d’excellence des CRR et CRD (et la direction des CRC) en continuant de former et recruter des PTEA (professeurs territoriaux d’enseignement artistique).