Skip to main content
Actualités

Se mobiliser aux côtés du Fonds Fa­nak

Par 15 février 2022février 21st, 2022Aucun commentaire
Un fonds pour favoriser la mobilité

Le Fonds Fa­nak (https://fanakfund.org) a été créé en juin 2019 par un groupe international de pro­fes­sion­nels de la culture et des arts issus de différents pays de sa zone d’activités, le Monde arabe, l’Europe et le Moyen-Orient. Indépendant, il est une ini­tia­tive de la so­cié­té ci­vile visant à fa­ci­li­ter la mo­bi­li­té des ar­tistes et opé­ra­teurs cultu­rels  afin de sou­te­nir le dé­ve­lop­pe­ment cultu­rel et ar­tis­tique lo­cal et de fa­vo­ri­ser sa mise en ré­seau.

S’appuyant sur un réseau international d’experts, il est à même de garantir le professionnalisme et les motivations des candidats à des séjours en résidence culturelles, en lien avec les ambassades et services consulaires des pays concernés.

En France, ses principaux partenaires sont le mi­­nis­­tère de la Culture et les Villes de Pa­­ris et de Mar­­ti­gues.

Résidences. Au-delà de son programme de mobilité générale, le Fonds Fanak est partenaire de l’accueil d’artistes en résidence de transmission. Le principe est celui de la prise en charge des frais de transport des candidats pour des résidences sur les territoires. C’est ainsi que la Ville de Martigues a accueilli en 2021 une dizaine d’artistes arabes et moyen-orientaux francophones qui animent des ateliers d’expression artistique à l’usage des enfants des écoles, des centres sociaux, des centres aérés. Le projet sera reconduit en 2022 et 2023.

Appel aux collectivités. Le foisonnement culturel de l’Europe et la vivacité de la jeune création artistique arabe et moyen-orientale expliquent le grand nombre de candidatures reçues par le Fonds Fanak, lequel n’est pas en mesure d’y répondre exhaustivement – seuls 15% des demandes peuvent aujourd’hui être satisfaites. D’où un appel aux collectivités pour concrétiser leur choix de favoriser le dialogue interculturel, de permettre aux professionnels de parfaire leur compétences et bénéficier de l’ouverture artistique et culturelle qu’apportent aux territoires les résidences.

Un fonds de soutien aux artistes et acteurs culturels d’Afghanistan

Par ailleurs, en 2020, à la demande et avec le soutien du Fonds international d’urgence pour le Liban, dirigé par l’ambassadeur Duquesne,  le Fonds Fanak s’est mobilisé en faveur des artistes et acteurs culturels politiquement menacés réfugiés au Liban (programme Shararat Amal, “Etincelle d’Espoir”).

Depuis la seconde prise de pouvoir par les Talibans en Afghanistan, le sort des Afghans soulève à son tour de très vives préoccupations.

« S’il n’est pas dans les mis­sions et dans les com­pé­tences du Fonds Fa­nak de s’en­ga­ger dans l’ac­tion hu­ma­ni­taire, son po­si­tion­ne­ment au centre des échanges in­ter­na­tio­naux entre artistes eu­ro­péens, arabes et moyen-orien­taux lui donne l’oc­ca­sion de me­su­rer la si­tua­tion de grande pré­ca­ri­té dans la­quelle les conflits en cours dans la ré­gion ont jeté de nom­breux pro­fes­sion­nels des Arts et de la Culture, en particulier depuis les Printemps Arabes en 2011. 

L’es­sen­tiel des ini­tia­tives de sou­tien aux ar­tistes contraints à l’exil, généralement si­tuées dans des zones éloi­gnées des conflits, ne ré­pond pas to­ta­le­ment aux be­soins des ar­tistes en proxi­mi­té des conflits, souvent représentants des générations montantes. C’est pour­quoi le Fonds Fa­nak a dé­ci­dé de sou­te­nir les ar­tistes en exil proche des zones de conflits. »

Aujourd’hui, un réseau de réalisateurs de cinéma afghans et iraniens de renom, d’ores et déjà installés en Europe, sont à l’initiative d’une plateforme de repérage/coordination/suivi de la communauté artistique et culturelle dans leur pays. Ils ont identifié environ 2 000 artistes, opérateurs culturels, journalistes et leurs familles auxquels il faudrait pouvoir venir en aide. Une aide qui, outre la questions des frais de voyage, exige un soutien complet – financier mais aussi psychologique – d’au moins 6 mois, laps de temps incompressible pendant lequel les exilés ne sont pas autorisés à travailler, en attente de l’obtention du statut de demandeur d’asile. Le Fonds Fanak travaille directement avec cette plateforme.

Appel aux collectivités. De nombreuses institutions culturelles et collectivités se sont spontanément mobilisées en faveur des artistes et acteurs culturels afghans. En France, le musicien Ferdinand Richard, fondateur et responsable exécutif du Fonds Fanak, en appelle ici aussi à une mobilisation de “binômes” collectivité/institutions culturelles :

« Dans la plupart des cas, les nouveaux arrivants sont concentrés dans les capitales, “près de l’aéroport”, et les capacités (et l’enthousiasme) de villes moyennes ou petites à accueillir dignement ces collègues sont rarement exploitées comme elles le pourraient.

A cet égard, nous recommandons fortement l’approche “binôme”, qui consiste, au local, à jumeler les efforts d’une équipe culturelle/artistique et d’une collectivité s’engageant collectivement par écrit à l’accueil d’artistes/acteurs culturels afghans, à la fois financièrement (compter environ 400€/personne par mois pendant six mois, en sus du logement), politiquement et professionnellement (espaces de travail), un acte concrétisé par une lettre d’engagement conjointe sans laquelle le déclenchement de l’indispensable travail des diplomates sur le terrain devient très difficile. »

Contact. Pour entrer en relation avec le Fonds Fanak, contact :
Ferdinand Richard, +33 6 09 95 04 81 – ferdinand.richard@fanakfund.org
https://fanakfund.org