Chartes

Charte Droit de cité

Par 24 octobre 2018 juin 24th, 2019 Aucun commentaire

Reconnaissant toute l’importance des artistes itinérants pour la diversité de la création et de la vie culturelle, la charte Droit de cité vise à faciliter l’accueil des chapiteaux de cirque et autres structures culturelles circulant dans les territoires. Elle a été signée et lancée le 24 octobre 2018, à Auch, durant le festival CIRCa.

En 2001, alors que s’ouvrait “l’Année du cirque”, point de départ d’une reconnaissance publique des expressions circassiennes, l’AMF et la FNCC signaient avec les structures professionnelles représentatives du monde du cirque et aux côtés de l’Etat une première charte pour favoriser l’accueil des chapiteaux dans les communes. Une réelle avancée mais à la visibilité encore insuffisante.

Le 24 octobre 2018, la cérémonie de signature d’une nouvelle charte “Droit de Cité”, plus ouverte et plus ambitieuse, était accueillie à Auch, durant le festival Circa.

Cette nouvelle charte porte une ambition renouvelée et s’élargit à toutes les formes artistiques et actions culturelles itinérantes, incluant bien sûr le cirque mais plus globalement le spectacle vivant présenté sous chapiteaux et autres structures nomades accueillant du public. Pour répondre aux évolutions de l’organisation territoriale, elle ne s’adresse plus aux seules communes mais à l’ensemble des collectivités locales, y compris aux intercommunalités. Elle associe les nouveaux acteurs de la production et de la diffusion qui ont émergé : les Pôles Nationaux Cirque qui ont été labellisés en 2010, mais aussi d’autres structures, comme les Scènes nationales, les Scènes conventionnées, les lieux intermédiaires, mais également les écoles de cirque qui disposent souvent de chapiteaux.

Cette signature constitue l’aboutissement d’un travail auquel la Fédération a, dès le départ, intensément contribué. A condition de s’en saisir pleinement, la charte “Droit de Cité” fournit en effet un levier puissant pour :
– prendre la mesure des difficultés économiques et des mutations sociétales auxquelles doivent faire face les acteurs du cirque et de l’itinérance artistique,
– ancrer encore davantage le cirque et l’itinérance artistique dans les politiques culturelles territoriales,
– renforcer le dialogue entre les collectivités – communes et groupements de communes – et les professionnels ; ce sera là la mission, essentielle, de réflexion et de proposition qu’assurera le Comité de suivi composé des membres signataires de la charte.

Cette charte est le fruit d’une concertation au sein d’un groupe de travail composé de :

à télécharger: