Actualités

Enquête-quiz sur les connaissances des Français en arts visuels

Par 17 juin 2020Aucun commentaire

Quatre chercheuses du Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture signent une étude sociologique sur les connaissances des arts – patrimoine, peinture, sculpture, cinéma – de la population française. Sans surprise, ce sont les personnes les plus diplômées, appartenant aux catégories sociales supérieures et vivant dans des grandes villes qui sont les plus connaisseuses. Mais, surtout, les plus âgées.

Qui a réalisé ces œuvres ?

La méthodologie de l’étude “Connaissances artistiques des Français en 2018, approche exploratoire” est inédite : 2 300 personnes ont répondu à un quiz sur tablette numérique composé d’une quinzaine de questions sur des images d’œuvres. Dans quel ordre historique classez-vous ces tableaux ? Ou se situent ces monuments historiques ? Quel est le nom du réalisateur de ces films ? A quel mouvement de l’histoire de l’art appartient chacun de ces tableaux ? Etc. En parallèle, les personnes interrogées ont répondu à un questionnaire plus classique portant notamment sur leur fréquentation des lieux de culture (musées, galeries, monuments…), leur pratique de la lecture, leur lieu de résidence, leur niveau de diplôme…

Principale conclusion explicite : les plus connaisseurs sont ceux appartenant à la génération dite des “baby-boomers” (55 ans et plus). Hypothèse implicite : au vu de l’engouement croissant pour la culture, ne voit-on pas apparaître une mutation profonde de la nature même de l’appétence artistique et culturelle ? Le faible score des réponses justes des jeunes à ce quiz portant sur une culture “classique” ne signale-t-il pas en creux un goût croissant pour d’autres formes d’expression artistique, plus populaires mais aussi plus adaptées aux outils numériques, et notamment pour les musiques ? Les réponses aux questions du quiz concernant le cinéma vont également en ce sens, les plus jeunes identifiant mieux les films récents. Un monde s’estompe ; un autre se dessine.

L’étude se concentre plus particulièrement sur les deux extrêmes quant aux réponses exactes apportées aux questions du quiz. Le groupe des 25% donnant le plus fort taux de bonnes réponses est qualifier de “connaisseurs” ; à l’inverse, le quart fournissant son plus faible taux est appelé le groupe des “novices“ – un terme dont il est précisé qu’il ne doit pas être entendu au sens d’apprenti ou de débutant. Quelques caractéristiques des uns et des autres.

Dans quel pays se trouve chacun de ces sites ?

Les “connaisseurs”. Le niveau de connaissance artistique s’élève avec l’âge : 32% des personnes âgées de 55 ans et plus appartiennent au groupe des connaisseurs contre 25% des 35-54 ans et seulement 13% des 18-34 ans. Se référant aux travaux d’Olivier Donnat (voir le compte-rendu du séminaire de la FNCC en avril 2019), les chercheuses du DEPS interprètent la très forte corrélation entre l’âge et le savoir des arts par un « affaiblissement de la culture classique dans les jeunes générations, érosion perceptible depuis les années 1980, en raison notamment de la baisse des compétences des élèves ».

Plus classiquement, les “connaisseurs” vivent davantage dans les grandes villes (tout particulièrement à Paris), font partie des classes supérieures et sont fortement diplômées : « Les classes populaires sont surreprésentées parmi les novices tandis que les classes supérieures le sont parmi les connaisseurs et les classes moyennes présentent un score intermédiaire. » L’étude ajoute que les “connaisseurs” sont plus “dissonants”, c’est-à-dire qu’ils ont plus de connaissance dans certains domaines que dans d’autres. A noter que le critère du genre n’est que très peu opérant.

Les “novices”, eux, sont en revanche “consonants” :  dans 8 cas sur 10, ils obtiennent les scores les plus faibles dans tous les domaines, que ce soit le patrimoine architectural, la sculpture, la peinture ou le cinéma. Par ailleurs, leur profil sociologique est à l’inverse de celui des connaisseurs : plus jeunes, moins diplômés et appartenant à des catégories socioprofessionnels moins favorisés.

Mais ce schéma est sans doute trop simple. Considérant la propension des jeunes à cocher la case “ne sait pas” et, plus encore, à passer à la question suivante sans s’aventurer à donner une mauvaise réponse ou à reconnaître qu’ils ne savent pas, l’étude fait l’hypothèse suivante : « L’affaiblissement des effets distinctifs de la culture légitime et le brouillage des hiérarchies culturelles leur rendent plus facile l’expression d’un désintérêt pour ce qui appartient à la culture classique. » Elles reconnaissent que si le quiz était plus moderne, moins élitiste et davantage en phase avec une culture plus médiatique et contemporaine, les résultats seraient sans doute tout autres.

Connaissance des arts et fréquentation des musées. L’une des principales corrélations explorées par l’étude est celle liant la fréquentation des musées et la connaissance des arts : le lien s’avère patent. « Ainsi, plus que le niveau d’études, c’est la visite de musées, habituelle ou occasionnelle, puis la lecture régulière de livres, qui sont le plus corrélées à la réussite au quiz. » Mais dans quel ce lien sens opère-t-il ? « Serait-ce la familiarité muséale qui développerait la connaissance artistique, ou bien la connaissance artistique qui faciliterait l’accès aux musées et expositions ? »

Ici, les chercheuses conviennent que cette première étude ne suffit pas pour répondre à la question et que seule une exploration plus précise et plus ciblée des « canaux de socialisation culturelle » le permettrait. A ce stade, « il n’est pas exclu que les deux processus se conjuguent ».

En attendant, l’étude conclue déjà que la « relation entre la pratique de visite muséale et la connaissance artistique recouvre des enjeux de politique culturelle et fait écho à deux des trois piliers de l’éducation artistique et culturelle, à savoir la fréquentation des œuvres d’art et des objets patrimoniaux et l’appropriation de connaissances artistiques ».

Télécharger l’étude “Connaissances artistiques des Français en 2018, approche exploratoire”