Aujourd'hui : lundi
23 octobre 2017
Initiatives de nos adhérents
Toulouse Métropole présente sa charte de la Lecture Publique

Amener les habitants de la Métropole, en particulier la jeunesse, à la lecture, à la création, à la culture, est un des grands défis pour les collectivités publiques. La charte de la lecture publique de Toulouse Métropole pose des principes clairs et favorise l’engagement de l’ensemble des acteurs dans le domaine du livre, de la lecture et des savoirs.

EN SAVOIR PLUS >
Communiqués de la FNCC

En hommage à Michel Durafour

Michel Durafour vient de nous quitter ce jeudi 27 juillet à l’âge de 97 ans. Alors qu’il était maire-adjoint à la culture de la ville de Saint-Etienne, avant d’en devenir maire en 1964, l’ancien ministre de Valéry Giscard d’Estaing puis de François Mitterrand, éga-lement romancier, avait fondé en 1960 la Fédération nationale des centres culturels communaux (FNCCC). Elle deviendra par la suite la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC).
TELECHARGER LE COMMUNIQUE>>

FNCC. Journées d’Avignon 2017.

Mesurer la nouvelle donne territoriale. Au cours des journées d’Avignon 2017 de la FNCC, plusieurs rendez-vous ont permis d’appréhender l’ampleur du changement de contexte politique. Un séminaire avec des représentants de toutes les natures de collectivités territoriales – des communes rurales aux métropoles en passant par les départements et les régions –, co-organisé par l’Observatoire des politiques culturelles (OPC) et la FNCC, a été l’occasion de plusieurs témoignages autour de la réforme territoriale. Avec le constat d’une volonté renouvelée pour traduire dans les faits la responsabilité culturelle partagée entre les collectivités et avec l’Etat. Une volonté confirmée par la rencontre des associations de collectivités au Cloître Saint-Louis, qui donnera lieu à la signature d’une déclaration commune.
TELECHARGER LE COMMUNIQUE>>

La Lettre d'Echanges
A LIRE, dans le N° 155 : septembre 2017
La salle de cinéma de l’avenir

Le rapport “La salle de cinéma de demain” s’ouvre par un propos très optimiste : « Non seulement le cinéma en salles n’est pas mort mais il se porte en réalité mieux que jamais. Porté notamment par l’Asie, le parc mondial des salles a ainsi connu sur les dix dernières années, de 2005 à 2015, une croissance exceptionnelle de +36%, passant de 112 000 à 152 000 écrans : 40 000 nouvelles salles se sont ouvertes en dix ans. » Mais il pose aussi un constat plus inquiétant : « L’exploitation cinématographique internationale est entrée dans une phase de consolidation aux niveaux régional et mondial, qui aboutira à la création de cinq ou six grandes chaînes internationales, dont deux ou trois circuits asiatiques et un ou deux américains. Un fossé risque alors de se creuser entre ces circuits qui concentreront des moyens financiers, humains et technologiques importants et les autres exploitants. » Notamment en Europe.

Culture et assignations de genre : le coût de la transgression

Les arts nourrissent et se nourrissent des assignations sexuées. Première constante concernant l’intrication entre culture et genres : contrairement à l’image d’avant-gardisme social qu’on peut avoir tant de l’extérieur que de l’intérieur des
milieux de la création, le monde artistique préserve et reproduit l’héritage
de la distinction des sexes.
Les différences objectives font en effet partie du matériau même des arts. L’actrice joue des rôles féminins qui le plus souvent prennent pour source, pour y souscrire ou pour les contester, les stéréotypes à l’œuvre dans la société, notamment la révérence pour la beauté et la jeunesse féminine (on sait les grandes difficultés de carrières pour les comédiennes à partir d’un certain âge).

Voir aussi les sommaires des précédents numéros